La Mirabelle Rouge

Action des cheminots à Thionville pour le maintien des activités

Le poste MR (Maintenance Réparation)  de Thionville menacé de fermeture

 

Il y a un an, la direction de la SNCF annonçait la fermeture du poste MR de Thionville et une redistribution de l’activité sur Uckange et Woippy. Les wagons sont toujours réparés rue du chemin de fer, mais jusqu’à quand ?

 

Dans le préfabriqué qui sert de salle de réunion au personnel de la SNCF, près du poste Maintenance Réparation (MR), l’ambiance est tendue. Pascal Schmitt, directeur d’établissement du technicentre Lorraine ne laisse pas entrer la presse. Il ne peut s’opposer en revanche à l’intrusion de plusieurs représentants de Sud Rail et de la CGT venus taper du poing sur la table.

Il y a un an jour pour jour, le même homme venait à Thionville pour annoncer la fermeture du poste MR et le déplacement de ses activités de réparation de wagons vers les sites d’Uckange et de Woippy. Depuis, le bras de fer entre direction et syndicats est engagé. La première prônant la rentabilité, les seconds dénonçant un risque de dégradation des conditions de travail. «  La situation est simple, résume Bruno Mazzoni de Sud Rail. Plutôt que de déplacer des wagons, ils préfèrent déplacer des hommes. Au départ, notre atelier était alimenté par la seule gare de Thionville. Lorsque le tri a été abandonné ici, nous avons eu à réparer des wagons en provenance de Woippy. Une quinzaine par jour. Aujurd’hui, alors que l’outil de travail et le savoir faire des hommes sont sur ce site, on nous demande de nous délocaliser sur Woippy ou Uckange. »

Une vingtaine d’agents SNCF est concernée par cette fermeture annoncée. Certains d’entre eux ont déjà fait des demandes de mutation pour le "dépôt" de Thionville. Car ce qui les attend à Uckange et surtout à Woippy n’a rien d’une sinécure.

Dehors par tous les temps

«  Quand je suis arrivé à Thionville en juillet 1982, on travaillait dehors. Depuis, les ateliers ont été construits et on a tout ce qu’il faut pour faire notre boulot à l’abri et au chaud, souligne Jean-Luc Majek, de la CGT. Et maintenant quoi ? Il faudrait abandonner tout ça pour aller jouer les nomades sur les stations de triage ? La plupart des gars ici ont la cinquantaine passée, ils n’ont pas à travailler dehors par tous les temps comme des Gaulois. » Et de rappeler que le carnet de commande du poste MR de Thionville est plein : «  Il y a une centaine de wagons qui attend devant la porte et plus de cinq mille à réparer au plan national ».

La fermeture envisagée un temps pour fin 2010 a été repoussée à fin 2011. Pour essayer d’enrayer le processus, les syndicats ont demandé une expertise auprès du CHSCT (Comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail) sur la sécurité des personnels sur les sites de Thionville et de Woippy. En attendant les résultats, c’est le statu quo.

Pour les syndicats, cette situation est une illustration de plus de la politique de privatisation rampante de la SNCF. «  Les bien immobiliers sont revendus petit à petit, reprend Bruno Mazzoni. On nous explique que c’est la fin du "wagon isolé" au profit de gros pôles d’activité. Quant aux hommes, tout est fait pour les pousser à partir en retraite même sans avoir gagné toutes leurs annuités et on nous assure que si les agents SNCF n’acceptent pas les décisions imposées par la direction, des intérimaires feront le boulot. »

La tension ne s’est pas apaisée suite à la réunion de ce mardi, et la banderole " Non à la fermeture" est toujours accrochée à l’entrée du poste MR.

S. Pi.(RL locale de Thionville)

Publié le 06/10/2010



06/10/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres