La Mirabelle Rouge

CGT et syndicats du Luxembourg solidaires des frontaliers

La CGT et les syndicats luxembourgeois OGBL et CTFL organisent un rassemblement samedi matin devant la préfecture de la Moselle, à Metz...

 

La CGT et les syndicats luxembourgeois OGBL et CTFL organisent un rassemblement samedi matin devant la préfecture de la Moselle, à Metz, pour réclamer l'abrogation du décret modifiant le calcul de l'« Allocation différentielle » (ADI) versée aux salariés frontaliers.

Destinée à compenser les différences de prestations familiales pour les salariés français travaillant à l'étranger, l'ADI doit prendre en compte, à partir du 1 er mai prochain, les Prestations d'accueil du jeune enfant (PAJE).

Celle-ci inclut notamment la participation des caisses d'allocations familiales à la rémunération d'une assistante maternelle.

La prise en compte de la PAJE dans le calcul de l'ADI risque d'entraîner une perte pouvant s'élever jusqu'à 600 € par mois, selon les syndicats.

« Les conséquences sont énormes pour les salariés, alors que la réforme n'apporte pratiquement rien au budget de la France », s'étonne Nico Clément, secrétaire international du syndicat luxembourgeois OGBL. « Au pire, c'est un encouragement à travailler au noir ! »

Daté de décembre 2008, le décret modifiant le calcul de l'ADI a déjà vu son application plusieurs fois retardée.

Samedi matin, les syndicalistes français et luxembourgeois développeront devant le préfet de Région leurs arguments en faveur d'une abrogation pure et simple de cette décision, qui, affirment-ils, « aggrave les contraintes spécifiques des familles de frontaliers concernant la garde et l'éducation de leurs enfants » et « va pénaliser l'emploi des frontaliers français déjà durement touchés par la crise ».



22/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres