La Mirabelle Rouge

Débrayage à Safe Automobile de Hagondange

Le personnel de Safe Automotive de Hagondange, en redressement judiciaire depuis début janvier pour des problèmes de trésorerie, reporte tous ses espoirs dans la reprise de l’usine et de ses 322 salariés. Le repreneur potentiel semblait tout trouvé, il s’agit du groupe Farinia, de Saint-Etienne, qui réalise des pièces de fonderie pour l’automobile. Frédéric Guinot, son président, est venu exposer, la semaine dernière, les conditions d’une éventuelle reprise. Selon l’intersyndicale CGT-CFDT, il ne conserverait que 258 salariés, ne renouvellerait pas les contrats d’intérim, imposerait un gel des salaires, remettrait en cause le temps de travail et les RTT, tout comme la convention collective de la sidérurgie pour prendre celle de la métallurgie. «  Il est venu avec un culot monstre nous expliquer tout ça. C’est à prendre ou à laisser . » La réaction du personnel de la Safe n’a pas traîné. Les trois postes, hier, ont massivement débrayé à l’appel des syndicats CGT-CFDT. «  Nous voulons une reprise qui ne se fasse pas au détriment de l’emploi et de nos acquis », martèle l’intersyndicale qui se rendra avec les salariés, aujourd’hui, à la préfecture. «  Car, estiment CGT et CFDT, dans le cadre du fonds de modernisation des équipementiers automobiles, l’Etat a son mot à dire. » D’autant que le mandataire, dans le cadre du redressement judiciaire, n’a toujours pas fixé la date pour se mettre en quête d’un repreneur.

Républicain Lorrain le 01.02.2011

 



01/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres