La Mirabelle Rouge

Facteur d'avenir sans avenir: Grève du courrier à Thionville

Reprise du tavail à la poste de Thionville, un facteur parle:

 

" Nous étions en grève  pendant  une semaine à Thionville. La Poste a voulu nous imposer 18 semaines de sécabilité , sans un centime de plus ni un jours de repos compensateur supplémentaire. Actuellement ,nous sommes sur un régime de 37h semaine, le facteur travail 6 j sur 7 avec deux jours de repos compensateurs au bout de la cinquième ou de la septième semaine de travail, selon les équipes. Dans mon cas,  c' est toute les 7 semaines.  Je suis dans une équipe de 13 postiers et  la grève a permis d obtenir 10 semaines de sécabilité. Tu fais ta tournée déjà hyper chargée et en plus plus 25  % d'un autre facteur. Le facteur a un dépassement de tournée pouvant aller de  45 min a 1h par jour. On peut deviner ce que la Poste fait de gain sur notre dos. Elle  veut  un gain de productivité de 4 % par an.  A  Thionville,  elle envisage de supprimer 5  à 7 tournées ainsi  qu' un certain nombre d'autres services.   Je ne pense pas que ce soit une victoire d' avoir obtenu 10 semaines au lieu de 18 semaines de sécabilité même avec 7h de repos compensateur supplémentaire comme prime de pénibilité hivernale. C'est l'ensemble du projet « facteur d'avenir »  qu'il faudrait mettre en cause."

 

 

le 23.02.2010

 

 

 

Facteur d'avenir sans avenir: La grève continue à Thionville

 

4 ème jour de grève

 

 

 

 

 

 Le Républicain Lorrain, Dimanche le 21 Février 2010. / Thionville / Actualité / Thionville

Tournée des élus pour les facteurs


 

Les facteurs ont fait part de leurs revendications notamment aux habitués du marché thionvillois. Des usagers qui n'ont guère protesté, même après la quasi- semaine d'absence de distribution sur la ville.

C'est finalement discret une grève de facteurs (pour qui n'attend pas de pli urgent !). Rien dans la boîte à lettres, instant béni sans facture… Cinq jours que cela dure maintenant sur Thionville, Terville, Hettange et environs. « Mais ce matin aurait pu voir le mouvement stopper », ne cachait pas Vito Laricchiuta, hier, au nom de la CGT. Sauf que la négociation de cette fin de semaine a capoté… « La faute au directeur régional ! », pointaient ce samedi les préposés, déçus de n'avoir pu obtenir satisfaction. « Pourtant, nous avions fait de bonnes avancées devant permettre une sortie de grève. De notre côté, nous acceptions dix semaines de sécabilité [N.D.L.R. : tournée d'un facteur répartie entre plusieurs collègues] tandis que le responsable du Centre du courrier n'était pas opposé à payer 10h d'heures supplémentaires (à la fois pour favoriser l'écoulement du trafic courrier bloqué depuis lundi) mais aussi compenser la "pénibilité climatique" de cet hiver. » Localement acceptable, mais pas au niveau régional, d'où un nouveau blocage. Il n'y aura donc pas de lettres distribuées encore ce lundi…
Au sortir de cette négociation avortée, les facteurs sont allés manifester en centre-ville. A la veille des élections régionales, ce fut l'occasion de croiser en chemin nombre de candidats aux prochaines élections. Rencontres parfois tendues (avec Nathalie Griesbeck ou à la permanence de la députée Anne Grommerch-Brandenburger) ou plus attentives aux préoccupations des grévistes.
Si pour l'heure, le mouvement de contestation ne s'est pas étendu aux autres centres de distribution de La Poste, les manifestants n'étaient pas mécontents d'annoncer qu'une "caisse de solidarité" avait toutefois été créée à leur intention dans ces mêmes centres. « Logique que les copains nous soutiennent. Demain, les mêmes problèmes se poseront à eux aussi ! ». Comme la plupart de ses collègues, David Constantin délaissera sa sacoche de facteur aujourd'hui. Une grève devant sérieusement perturber le fonctionnement d'une cinquantaine de tournées.

 

 

 

1er jour de grève, mercredi 17 février 2010

 

Républicain Lorrain du mercredi 17 février 2010

 
La quasi-totalité des facteurs du centre du courrier de Thionville seront en grève aujourd'hui. Pas de courrier à attendre donc dans les boîtes à lettres de Thionville, Terville et Hettange et environs. Et ça pourrait durer…

Une assemblée générale de bon matin, hier, et l'annonce de la grève des facteurs thionvillois n'a pas fait un pli. Rien d'étonnant pour les représentants syndicaux FO et CGT, David Constantin et Vito Laricchiuta : « Sur le terrain, les gars en ont ras-le-bol de ces tournées à rallonge qu'on veut leur faire gober. » Thionville était en pointe sur la votation citoyenne contre la privatisation de La Poste à l'automne dernier (2,3 millions de votants en France, tout de même) ; la ville le sera-t-elle encore contre la "sécabilité"?

 

Bonjour facteur, qu'est-ce qui ne va pas ?
David CONSTANTIN. —
« Depuis deux ans, La Poste a mis en place un nouveau mode de fonctionnement baptisé "Facteur d'avenir". En clair, cela consiste à faire autant avec moins de personnes. Soit répartir la charge des tournées sur moins de facteurs encore ("sécabilité"). Pendant six semaines, ce système nous a déjà été imposé. Il fallait se taper son travail et près du quart de la tournée d'un collègue les lundi et mardi. Là, nos dirigeants veulent remettre cela pour l'ensemble des journées de ces deux semaines de vacances de février, remettre cela en avril et ainsi de suite quinze semaines par an. A une très large majorité, les facteurs de Thionville disent non. D'où cet appel à la grève. »
En quoi ce changement est-il pénalisant pour la profession ?


Vito LARICCHIUTA. —
« Déjà clairement, c'est une charge de travail en plus pour tous les facteurs en service. D'où une fatigue accrue. Pour les usagers, cela donne un courrier distribué plus tardivement et un facteur qui change souvent de visage. Et puis concernant l'emploi, cela veut dire un manque d'embauches et de personnels disponibles de plus en plus criant. Je n'appelle pas ça "Facteur d'avenir", mais dégradation du service public postal. »


David CONSTANTIN. — « Pour justifier ce fonctionnement, La Poste met en avant la baisse du trafic courrier, comme si du coup les facteurs devaient des heures à leur employeur. Inacceptable ! »


Le préavis de grève est à durée indéterminée…

« Une journée de grève n'aurait servi à rien. Si ce n'est faire des économies de salaire à La Poste. Aussi sommes-nous prêts à faire durer le conflit au-delà de ce mercredi. D'autant que nous demandons non seulement la remise en service de tournées individuelles et indivisibles (et le recrutement qui doit aller avec) mais aussi une "Prime d'intempérie". Ce n'est pas quelque chose d'habituelle mais, avouez, que cet hiver les facteurs n'ont pas eu la belle vie. Travailler chaque jour au froid ou dans la neige, ça mérite une petite compensation. Au siège régional ou au chef d'établissement local d'agir en ce sens. »


Patrick Jacquemot. 
 (Républicain Lorrain du 17.02.2010)



17/02/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres