La Mirabelle Rouge

Gérard Filoche, trublion du PS sur le dossier des retraites

Secrétaire national du PS, Gérard Filoche a expliqué, hier soir, aux Messins comment garder la retraite à 60 ans et les 40 ans d’annuités.

 

 Il est remonté, Gérard Filoche. Enthousiaste, combatif et emporté contre la volonté du gouvernement de réformer le régime actuel des retraites. Hier soir, le secrétaire national du Parti socialiste s’est adressé aux Messins, dans la salle des Coquelicots. Invité par l’association A Gauche en Moselle, il a défendu l’Appel du 7 avril, qu’il a initié «  avec Attac, le club Copernic, Cécile Duflot (Verts), Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (NPA), Benoît Hamon (PS) » et d’autres…

Quel est l’objectif de cet Appel ? Gérard FILOCHE : « En quelques jours, nous avons reçu plus de 20 000 signatures. D’ici juin, nous allons organiser plus de deux cents meetings, pour expliquer à quel point les prévisions gouvernementales sur les retraites sont des mensonges. Moi-même, j’en ferai 35. Je serai le 5 mai à Longwy, le 3 juin à Thionville. » Quels mensonges ? « Le gouvernement nous ment sur les naissances, sur le soi-disant trou de 2050, sur les cotisations, sur tous les paramètres pour nous imposer cette réforme, alors que nous expliquons qu’une simple hausse de 0,37 pts des cotisations par an, jusqu’en 2036, pourrait permettre de sauver le système actuel, avec le départ en retraite à 60 ans, les 40 années de cotisations et un montant de retraite équivalent à 75 %, supérieur ou égal au minimum au Smic, avec une indexation sur les salaires. Le gouvernement nous parle de l’espérance de vie. Mais il oublie que c’est grâce à ce départ à 60 ans que cette espérance augmente. Toutes les assurances le savent. Plus on continue de travailler après 60 ans, plus l’espérance de vie diminue. Autre exemple : les annuités. Le gouvernement parle de monter à 41 ans, alors que, dans la vie réelle, la durée moyenne des annuités a baissé à 36,5 ans. Moi, je suis pour retenir la moyenne réelle de la durée du travail en France. Quand on dit aux gens de faire 41 ans, c’est une escroquerie : ils n’y arrivent pas. Le seul résultat des 40 ans, aujourd’hui, c’est que les retraites baissent. Un tiers des gens continue à travailler après 60 ans. Ceux qui restent sont les plus avantagés, les autres ne peuvent pas. » Et l’idée d’un départ à 60 ans pour les salariés soumis à des emplois pénibles, à 65 ans pour les autres ? « C’est une ignorance de croire que les cadres supérieurs sont à l’abri. On meurt aujourd’hui d’accidents cardio-vasculaires, de stress et d’infarctus. Les accidents, dépressions et suicides au travail, c’est même plus dangereux que de travailler dans la sidérurgie. Un chiffre qui n’est pas connu en France, c’est celui de l’espérance de vie en bonne santé, [le seuil jusqu’auquel nous sommes en pleine forme, à partir duquel les maladies graves se déclarent, ndlr]. Il est aujourd’hui de 64 ans pour les femmes, 63 ans pour les hommes. Pour un ouvrier, il est de 53 ans. Pour un retraité, les meilleures années sont entre 60 et 65 ans. Si l’on devait travailler à ce moment-là, ce serait les plus dures. »

 

Recueilli par Olivier JARRIGE (Républicain Lorrain le 17.04.2010 )

 



17/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres