La Mirabelle Rouge

Grève et préavis en ordre dispersé à la SNCF

La SNCF prévoit deux jours de grève, mercredi et jeudi

 

La CGT-cheminots et SUD-Rail ont déposé des préavis reconductibles. La direction espère encore «discuter» pour «essayer d’éviter la grève» mais aucune rencontre n’est programmée durant le week-end.

 

Voies ferrées à Ivry-sur-Seine.

 

La SNCF table sur deux jours de grève, mercredi et jeudi prochains, à la suite d’appels à un mouvement reconductible lancés par la CGT-cheminots et SUD-Rail. De son côté, la CFDT/Fgaac (environ 20% des conducteurs) a renoncé à la grève après des négociations avec la direction.

«Il est vraisemblable que cette grève va durer deux jours», a annoncé, vendredi, le directeur des ressources humaines, François Nogué. La CGT a, en effet, déposé des préavis reconductibles pour les conducteurs, les contrôleurs et les agents du fret à partir de mardi 20 heures, et des préavis pour une grève de 24 heures, jeudi, pour les autres catégories de personnel, y compris les agents affectés au matériel, les commerciaux et les administratifs. L’appel à une grève illimitée de SUD-Rail pour tous les cheminots à partir de mardi, 20 heures a aussi été maintenu après une rencontre avec la direction qui a refusé, selon le syndicat, d’ouvrir «la moindre discussion».

Peut-être des actions locales après jeudi

Se profile donc une montée du mouvement entre mercredi et jeudi, et des mobilisations pourraient se poursuivre localement au-delà. «Nous pourrons communiquer le plan de transport (pour mercredi) à partir de lundi soir», soit 24 heures avant le début de la grève, conformément à la loi sur le service minimum, a précisé le DRH de l’entreprise publique. «Tant que le conflit n’a pas démarré, on peut toujours discuter» avec les syndicats et «il faut tout faire pour essayer d’éviter la grève», a-t-il ajouté. Mais aucune rencontre n’est cependant programmée, pour l’instant, durant le week-end.

Depuis mi-mars et le déclenchement de plusieurs alarmes sociales par les syndicats, «nous avons avancé un certain nombre de propositions» dont «460 embauches ou, dans certains cas, créations d’emplois qui viennent s’ajouter» à 900 embauches «déjà annoncées au premier trimestre», souligne François Nogué. Cependant, la SNCF ne fait pas de nouvelle prévision globale pour l’emploi en 2010 et son budget, pour l’année, comprend 1.404 suppressions de postes.

«Tactique d’enfumage» de la direction

Pour sa part, la CFDT/Fgaac dit avoir obtenu, jeudi soir, pour les contrôleurs et les conducteurs, «des engagements sur les parcours professionnels et les déroulements de carrière». Pour les conducteurs, est prévue une nouvelle prime d’interopérabilité, c’est-à-dire pour la conduite sur des réseaux étrangers, de six euros par jour.

Réplique de la CGT: dans un communiqué, le syndicat appelle les conducteurs «à ne pas se laisser abuser par ces basses manoeuvres» de la CFDT et dénonce «une tactique d’enfumage» de la direction. Pour SUD, les mesures de la direction «ne sont que la reprise de mesures déjà annoncées ou projetées, et ne sont au total qu’un saupoudrage qui ne répond en rien aux questions fondamentales liées à la casse systématique de l’activité Fret SNCF et aux restructurations».

(source AFP) Libération (02.04.2010)



03/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres