La Mirabelle Rouge

Ils ferment nos écoles : rebellion dans le Pays Haut

 

05.05.2010

Ils ferment nos usines, ils ferment nos écoles, il y en a ras le bol de tous ces guignols...........

Mobilisation générale pour défendre l'école publique

 

Les parents d'élèves maintiennent la pression

 

Après Mairy-Mainville et Anoux…c'est au tour de Piennes et Landres...

 

Jeudi dernier, les parents d'élèves du RPI (regroupement pédagogique intercommunal) de Mairy-Mainville et Anoux avaient installé un barrage filtrant sur la RD 643, à hauteur de Mainville, afin de protester contre la fermeture programmée de l'une des trois classes du RPI. Hier, ces derniers, rejoints dans leur lutte par les parents d'élèves de Piennes (des classes sont également menacées à Piennes et Landres), ont renouvelé cette spectaculaire opération sur la RD 643, mais cette fois à hauteur Anoux. Dès le début de la matinée, une vingtaine de personnes a donc installé bottes de paille et barrières au beau milieu de la chaussée afin de canaliser le flot de véhicules. Comme la semaine précédente, ils ont distribué des tracts aux automobilistes afin de les sensibiliser à leur combat pour le maintien des classes. Leur action a reçu un accueil plutôt favorable, chacun prenant le soin d'écouter les revendications de ces parents d'élèves. La veille, ces derniers s'étaient rendus devant les locaux de l'inspection de l'Education nationale, à Briey, pour exprimer leur colère. Bref, le mouvement de protestation ne semble pas prêt de s'estomper. Si une petite relâche est programmée pour ce mercredi, les opérations devraient reprendre dès jeudi à Piennes.

À noter par ailleurs qu'une grande manifestation est d'ores et déjà programmée pour le 12 mai à Briey.

Républicain Lorrain le 05.05.2010

 

28.04.2010

A  Mairy-Mainville près de Valleroy, les parents du village refusent une fermeture de maternelle.

Après l'annonce de la fermeture probable de la classe de maternelle de Mairy-Mainville, les parents d'élèves appellent à des manifestations d'ampleur. Blocage de route et occupations diverses sont programmés.

L'opération organisée à l'école de Valleroy a marqué tous les esprits. Il faut organiser quelque chose en ce sens pour faire bouger les choses. » Cette petite phrase prononcée par un parent d'élèves a visiblement servi de base à un large débat ouvert lundi soir à la salle du foyer de Mairy-Mainville.

Plus d'une soixantaine de personnes ont en effet répondu à l'invitation des responsables des parents d'élèves et des municipalités d'Anoux et de Mairy-Mainville.

André Berg et Pierre Collin, les maires des deux villages, ont fait un résumé succinct de la situation (annonce de la fermeture probable de la classe de maternelle du Regroupement pédagogique intercommunal à Mairy-Mainville). Puis on est rapidement entré dans le vif du sujet.

Dans une ambiance très électrique, les idées ont fusé de toutes parts. Si le consensus a été aussitôt acquis pour faire circuler une pétition et recueillir un maximum de signatures, une marche organisée le 1 er mai entre les deux villages avec dépôt de gerbe devant l'école a été vite remisée dans les cartons. «  Il faut bloquer toutes les voies d'accès à Mairy-Mainville ! », martèle un quinquagénaire : «  Un tracteur sur chaque route avec 3 mètres de bottes de paille. Et vous verrez si ça ne bougera pas ! On n'a pas eu peur de "foutre en l'air" la préfecture avec des bulldozers, ce n'est pas un blocage comme ça qui va me faire peur ! »

La proposition fait son chemin dans toutes les têtes. Elle est même amendée par le conseiller général André Corzani qui, fort de son expérience en la matière, avance : «  Plutôt qu'un blocage total, faites des barrages filtrants. Il faut se faire entendre certes, mais essayer de séduire et de rallier toute la population à votre combat. Il faut aussi savoir engager ce type de mouvement dans la durée pour lui donner encore plus de force et de cohérence. »

Barrage filtrant sur la RD643

Même constat du côté de Michel Mariuzzo, membre du fameux CDEN (conseil départemental de l'Education nationale), au cours duquel ont été annoncées les possibles fermetures de classes dans le département : «  Ces décisions ne sont pas actées. Partout où des fermetures de classes ont été annoncées, la grogne monte et des actions vont être lancées. La lutte que vous engagez est très importante. »

Les deux élus rappellent en outre qu'ils seront reçus vendredi par le sous-préfet Hautier pour évoquer ce dossier brûlant, avant la grande manifestation des parents d'élèves de toutes les communes concernées de l'arrondissement, le 12 mai à 14h30 devant la sous-préfecture de Briey. «  Le Pays-Haut est le plus touché par ces fermetures, alors que c'est sur cet arrondissement que les courbes s'inversent », s'insurge André Corzani. Michel Mariuzzo voit dans ce plan «  un processus visant à la création de jardins d'enfants d'initiative privée et donc payante pour les enfants de 2 et 3 ans, en lieu et place de l'école gratuite. Un pays qui n'investit pas dans l'école court à la catastrophe ! »

Après plus d'une heure de discussions animées, tout le monde s'est rejoint sur un planning : occupation de l'école dès hier après-midi ; installation d'un barrage filtrant sur la RD643 à Mainville jeudi et vendredi de 7h à 10h et de 16h30 à 19h, occupation des locaux de l'inspection de l'Education nationale à Briey lundi dès 8h. Pierre Collin, d'un ton déterminé, concluant : «  Une ou plusieurs actions de ce type seront programmées chaque semaine jusqu'à ce que l'on obtienne satisfaction. »

Le bras de fer avec les représentants de l'Etat est plus que jamais engagé à Mairy-Mainville.

L. M. (Républicain Lorrain 28.04.2010)



28/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres