La Mirabelle Rouge

Inquiétudes au triage de Conflans-Jarny (Républicain lorrain)

 

 A l’échelle nationale, la SNCF mène actuellement une réforme en profondeur de son activité fret. Au niveau local, les cheminots CGT dénoncent des « pratiques incohérentes » et tirent le signal d’alarme. La direction temporise.

Quel avenir pour le triage SNCF de Conflans-Jarny ? Loin d’être nouvelle, cette question est une fois de plus au cœur des inquiétudes des cheminots locaux. Du côté de la CGT, Pascal Salvador et Patrick Cicciarello sont formels : «  Depuis octobre 2010, la situation est bloquée. Les salariés n’ont aucune perspective, t out est fait pour les déstabiliser. Ça devient vraiment pénible. Le moral des gars en prend un sacré coup ! »

A l’automne dernier pourtant, syndicalistes et employés pensaient avoir sauvé le fameux triage, également appelé "faisceau relais fret". «  Grâce à la municipalité de Jarny et à la sénatrice Evelyne Didier, une réunion avait été organisée avec un responsable national de l’aménagement du terri toire à la SNCF. Il s’était verbalement engagé à ce que le relais de Conflans-Jarny continue de fonctionner en trois-huit », assurent les deux secrétaires de la CGT, qui auraient préféré un accord écrit.

Car aujourd’hui, si le site local n’a pas disparu du paysage, l’activité ne semble pas au rendez-vous. «  Il n’y a plus de locomotives fret disponibles à Conflans, sauf le lundi. Or, ce jour ne correspond pas aux besoins des clients », soulignent encore Pascal Salvador et Patrick Cicciarello.

Pour eux, la volonté de l’entreprise ferroviaire est claire : «  Regrouper toute l’activité fret à Woippy. Le problème, c’est que la charge de travail de Woippy passe par Conflans. Dans les faits, les conducteurs basés à Woippy sont envoyés à Conflans en taxi, pour rouler les trains. »

Analyses opposées

Au passage, les deux syndicalistes pointent un «  manque de personnel sur le site mosellan. Du coup, à Conflans, la boite met la pression pour faire partir les gens. Mais si on perd le triage, ça deviendra le désert ici. Jarny ne sera plus qu’une halte de gare. Et puis, il y a de la politique gouvernementale là-dessous. On est en train de foutre en l’air le service public pour mieux le vendre aux copains ! »

Contactée, la direction régionale de la SNCF se refuse à alimenter la polémique. «  Une réforme importante est effectivement opérée dans le fret, pour redonner des perspectives à l’activité. Actuellement, c’est le lot de toutes les entreprises », oppose simplement Denis Lorrain, directeur de cabinet.

Le porte-parole développe : «  Avant, la SNCF proposait du transport fret dans toutes les gares. Aujourd’hui, on ne peut plus se permettre de pratiquer ainsi. Ce type de transport est négocié et coordonné avec le client. Le fret n’est pas un service public, c’est véritablement du commerce. L’activité a été totalement repensée en fonction des flux en Europe et en France. » Le revers de la médaille n’est pas masqué par la direction…

«  Cette restructuration change effectivement le paysage. Jusqu’à présent, la Lorraine et le Nord étaient les deux régions SNCF les plus importantes en matière de fret. Forcément, ce sont les plus impactées par la nouvelle organisation. Pour notre région, Woippy reste et demeurera la plate-forme nationale la plus importante. »

La belle époque de Conflans-Jarny semble définitivement révolue.

Y. P.

RL le 21/02/2011



22/02/2011
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres