La Mirabelle Rouge

Journée d'action CGT dans l'industrie le 04.02.2010

 

Journée d'action à l'appel de la CGT, jeudi, pour la défense de l'emploi dans l'industrie

 

Les fédérations CGT de la métallurgie et de la chimie appellent à une journée de mobilisation, jeudi, pour la défense de l'emploi dans l'industrie, principal secteur touché par les plans sociaux dans le contexte de la crise. Distributions de tracts, grèves, assemblées générales et manifestations sont prévues un peu partout en France, alors que le même jour Nicolas Sarkozy se rend à Marignane (Bouches-du-Rhône) sur le site d'Eurocopter

 

 

A l'occasion de ce déplacement, le chef de l'Etat doit prononcer le discours de conclusion des Etats généraux de l'Industrie, lancés en octobre dernier avec pour objectif, selon Bercy, d'"accompagner, au-delà de la crise actuelle, l'industrie française vers les marchés durablement porteurs de croissance et d'emploi".

Mais pour la CGT, "le gouvernement ne peut refermer 'le dossier' des Etats généraux de l'Industrie (...) après un discours du président de la République" et le "débat" doit se prolonger "dans les groupes industriels et les entreprises".

Les deux fédérations CGT estiment donc que les mobilisations de ces derniers mois dans plusieurs entreprises doivent "s'amplifier", d'autant plus que "ces luttes permettent d'arracher des succès importants, comme l'arrêt de plans de suppressions d'emplois à l'exemple de Mecacentre dans la Loire, de Goodyear à Amiens", ou encore "des succès en matière d'évolution du pouvoir d'achat et de prise en compte du déroulement de carrière".

Le 22 octobre dernier, la CGT avait fait une démonstration de force à Paris en organisant, seule, une manifestation pour la défense de l'emploi dans l'industrie qui avait mobilisé 13.000 personnes selon la police, 30.000 selon le syndicat.

Cette journée de mobilisation intervient alors que les plans sociaux dans le secteur industriel se sont multipliés ces derniers mois, tout comme les conflits, dans le contexte de la crise.

Les deux plus récents et importants concernent Philips et Total. Chez Philips, la direction a été contrainte par le tribunal des référés de Chartres, le 19 février, de relancer l'activité de son site de Dreux fermé quatre jours plus tôt sans avoir obtenu l'avis préalable du comité central d'entreprise. Un CCE concernant cette usine est prévu le 9 mars prochain, selon les syndicats.

Chez Total, au terme de près d'une semaine de grève illimitée dans les six raffineries que compte le groupe en France, les syndicats ont obtenu le 23 février l'engagement écrit qu'aucune raffinerie ne serait fermée ou cédée au cours des cinq prochaines années.

L'engagement ne concerne toutefois pas le site des Flandres près de Dunkerque, menacé de fermeture et d'où est parti le conflit. Un CCE sur l'avenir de cette raffinerie et la situation du raffinage est prévu lundi prochain.

Les syndicats ont également obtenu l'organisation d'une table ronde sous l'égide du gouvernement sur l'avenir du raffinage en France le 15 avril prochain.

Autre conflit, à Saint-Chamond, dans la Loire, des négociations ont repris mercredi entre la direction et les syndicats de Siemens VAI MT concernant un projet de restructuration, après 24 heures de séquestration pour deux dirigeants de l'entreprise. Siemens VAI MT prévoit de ne conserver dans la Loire que 365 salariés sur 600.

 

 

AP (03.02.2010)

 

 

 

 



03/03/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres