La Mirabelle Rouge

Karachi...suite....courriers compromettants pour Sarkozy

Karachi : des courriers compromettants pour l'Etat français

Les gérants de Heine, une société offshore par laquelle transitaient des commissions sur des contrats d'armement, suspectées d'être à l'origine de l'attentat de Karachi, ont écrit des courriers aux plus hautes autorités françaises, dont Nicolas Sarkozy, afin de réclamer des fonds à l'Etat français, rapportent des sources proches du dossier, citées anonymement par l'AFP. Dans ces courriers rédigés entre 2006 et 2008, dont fait état Le Parisien lundi 7 juin, les gérants de Heine SA, s'inquiètent de l'avenir de cette société et demandent la marche à suivre. Plusieurs de ces lettres, également adressées à Jacques Chirac, ont été saisies par des policiers luxembourgeois à la demande de la justice française.

Créée en 1994 avec l'aval de Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget, Heine est utilisée par la branche internationale de la Direction des constructions navales (DCN) pour verser les commissions aux intermédiaires sur les contrats d'armement, légales jusqu'en 2000. L'un des courriers, écrit le 29 novembre 2006 à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, laisse supposer une relation entre celui-ci et Heine. "Votre lettre du 28 septembre dernier nous est bien parvenue. Mais à ce jour elle n'a pas été suivie d'effets", lui écrivent ses administrateurs pour qui "il y a une grande urgence à agir".

"DE TRÈS GROS MONTANTS ONT CIRCULÉ ENTRE LA DCN ET HEINE"

La vente de sous-marins au Pakistan en 1994, au cœur de l'enquête sur l'attentat de Karachi en 2002, laisse supposer, selon plusieurs témoins, l'existence de rétrocommissions (illégales) en faveur de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, ce que l'ancien premier ministre dément. Dans une autre lettre à Jacques Chirac datée du 26 avril 2006, l'un des administrateurs, Yves Schmidt, rappelle que "de très gros montants ont circulé entre la DCN et Heine SA".

"J'attire votre attention sur la personnalité des destinataires, des sommes versées", écrit-il au chef de l'Etat de façon sibylline. Peu après son élection, Jacques Chirac avait ordonné que soient stoppés les versements de commissions pouvant donner lieu à des rétrocommissions. Les dirigeants de Heine ont également écrit en janvier 2007 à Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la défense, pour solliciter un rendez-vous, et en février 2008 à François Pérol, ancien administrateur de DCN et alors secrétaire général adjoint de l'Elysée.

 Le Monde 07.06.2010



07/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres