La Mirabelle Rouge

La direction de France Transfo cherche le pourissement

France Transfo : la grève se poursuit

Hier, une centaine d’ouvriers ont bloqué la voie romaine devant le centre social de France Transfo à Semécourt.  <br/>Ils réclament une augmentation de salaire.  <span>Photo</span> Karim SIARI

 

Ils ont manifesté hier devant le siège social de France Transfo. En grève depuis dix-sept jours, les ouvriers ont voulu montrer à leur direction qu’ils étaient encore debout.

Les banderoles aux couleurs de la CFDT, de la CGT et de FO annoncent leur détermination : «  En grève depuis 17 jours ! » Depuis le 22 mars, 95 % des ouvriers de France Transfo, société spécialisée dans la production de transformateurs de puissance, ont cessé le travail. «  On demandait une augmentation de salaire de 150 € et une prime de 1 500 € », indique Didier Kowalczyk, délégué syndical CFDT. «  Aujourd’hui, on ne parle même plus de la prime, c’est dire si on est prêts à négocier », appuient les grévistes.

En face, on leur a proposé «  une augmentation de 10 € sur la prime d’assiduité ! 10 € ! », s’offusque Didier Kowalczyk. «  Une somme qu’un salarié malade ne pourra pas toucher d’ailleurs », poursuit Noël Léonard, délégué syndical FO.

Négociations au point mort

Selon Didier Getrey, secrétaire général de la CFDT Métallurgie Moselle, «  la direction laisse pourrir la situation pour nous mettre à genoux. Mais on tient ! » La manifestation d’hier servait à le démontrer. «  Pour tenir le coup, certains d’entre nous convertissent en argent leurs congés placés sur leur Compte épargne temps. D’autres revendent leur participation aux bénéfices de l’entreprise », indique Noël Léonard.

Mais, au total, les négociations sont toujours au point mort. Et cela malgré la désignation d’un médiateur par le président du tribunal correctionnel de Metz. Sa mission devait se poursuivre jusqu’au 30 avril. Mais «  nos avocats vont rencontrer demain [ce jour, ndlr], le président du TGI pour demander la révocation du médiateur », indiquent les syndicalistes. Hier soir, la direction de France Transfo a fini par recevoir les organisations syndicales mais séparément.

Nous avons tenté de joindre Marc Adjiman, directeur de France Transfo, sans succès.

C. K.
( Républicain Lorrain)

Publié le 08/04/2010



09/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres