La Mirabelle Rouge

Le monde est dirigé par des malades du marché....

750 milliards d'euros : c'est le tarif du  vaccin pour guérir les malades des marchés financiers .....Ils nous prennent pour des gogos !

Il fallait , disent-ils, « rassurer les marchés financiers déboussolés par la dette grecque et la situation budgétaire de la majorité des Etats ». Ils ont donc trouvé 750 milliards d'euros, et quelques centaines de milliards d'euros supplémentaires seront remis dans le jackpot si la somme initiale se révélait  insuffisante. Mais où vont-ils donc chercher de telles sommes alors qu'ils nous répètent à longueur de discours que les moyens n'existent, ni  pour les politiques publiques, ni  pour garantir le financement des protections sociales ? A suivre l'actualité économique et les gesticulations des gouvernements, on a parfois l'impression que  le monde de la finance produit des miracles et  multiplie les milliards à la manière de Jésus multipliant les pains sur les bords du Jourdain. Pourtant, il n'y a nul miracle dans cette opération. Le mécanisme est un peu complexe mais en réalité assez simple à comprendre.
Les Etats lourdement endettés vont emprunter massivement sur les marchés financiers internationaux en vendant des obligations du Trésor. Les banques vont acheter ces obligations en empruntant à La Banque Centrale Européenne à un taux très faible. Puis, dans le marché secondaire, la BCE va racheter les obligations en question aux banques, et les conserver en stock comme obligations « toxiques ».
Dans l'opération, les banques et les instituts financiers vont gagner des milliards d'euros et continuer ainsi le mécanisme de spéculation dont ils sont les principaux bénéficiaires.
Mais comme l'argent ne produit jamais d'argent, jamais de richesse sans  passer dans le circuit de l'activité réelle, il faut bien que quelqu'un finance l'affaire au bout du compte.
Avec des formes différenciées, brutales dans certains cas plus  hypocrites dans d'autres, les gouvernements mettent en place des  plans d'austérité. Les milliards des banques et des spéculateurs seront  prélevés sur les budgets des services publics et les dépenses des Etats pour la collectivité, mais aussi, avec  le blocage des salaires,  une part  plus importante de la masse salariale sera transférée vers les profits. La contre réforme des retraites et de la protection sociale participe également de cet objectif. Il n'y a pas besoin d'être expert pour le comprendre. Il suffit juste de ne pas croire aux miracles vantés par tous ceux qui nous prennent pour des idiots.

Jean-Luc L'HÔTE (11.05.2010)

 



26/05/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres