La Mirabelle Rouge

Le Woerthgate ne prend pas de vacances.......

Un conseiller de Woerth touché par un conflit d'intérêt ?

 

Eric de Sérigny, un conseiller du ministre du Travail Eric Woerth, est mis en cause par une enquête de France Inter pour ses liens avec le monde des affaires et pour un possible conflit d'intérêt dans le dossier de l'usine Molex, qui a donné lieu à un long conflit social.

Un ami de Patrice de Maistre

Eric Le Moyne de Sérigny – de son vrai nom -, qui n'apparaît pas dans l'organigramme officiel du cabinet ministériel, est notamment un ami de Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, auquel le ministre a remis la Légion d'honneur.

«Je n'ai pas demandé la Légion d'honneur pour Patrice de Maistre», assure Eric de Sérigny dans un communiqué publié sur le site de France Inter. «Mais il est exact que j'ai soutenu sa candidature comme d'autres, car je la trouvais justifiée», reconnaît-il.

La remise de cette décoration est l'un des volets des conflits d'intérêts présumés avec la milliardaire, affaire dans laquelle Eric Woerth est empêtré depuis plusieurs semaines.

Travail «bénévole»

Conseiller du ministre depuis 2007, Eric de Sérigny, un cadre de la haute finance, assure travailler à titre «bénévole» pour Woerth et admet avoir participé à des réunions des grands donateurs de l'UMP.

«Ma tâche consiste à assurer des relations économiques avec des chefs d'entreprises de mes amis», précise le conseiller, qui assure: «Il n'y a strictement aucun problème de déontologie, bien sûr, avec mes activités professionnelles.»

Et voilà Molex...

Enfin, autre point soulevé par France Inter, Eric de Sérigny travaille pour la société en investissement financier Athéma, qui a collaboré avec les avocats de la direction de l'usine Molex dans un dossier sur lequel le ministère du Travail devait intervenir.

Une polémique avait éclaté fin mars 2010 quand Woerth avait donné son aval, malgré l'avis de l'inspection du travail, au licenciement des représentants syndicaux de cette usine de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), fermée en septembre 2009 après onze mois de lutte du personnel.

Toutefois, ce sujet «n'a jamais été évoqué par moi avec le ministre», se défend Sérigny.

Sur ce même dossier, le ministère du Travail s'en est tenu au «strict respect» de la procédure prévue par le code du travail, indique-t-on au ministère, selon lequel la direction générale du travail «a considéré que la cessation d’activité totale d’une entreprise constitue une cause économique de licenciement, ce qui était, en l’espèce, le cas de la Sarl Molex».

(Source AFP)

 

Libération 20.08.2010



20/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres