La Mirabelle Rouge

Manifestation du 23 novembre à Metz

Une manifestation nocturne avec lampions et torches, pour montrer que la flamme de la contestation n’est pas éteinte.

Hier, à Metz, la retraite était d’abord celle des flambeaux. Comme on pouvait s’y attendre, près de deux semaines après la promulgation du projet de loi sur la réforme des retraites, la 9e mobilisation, depuis la rentrée, ressemblait davantage à un chant du cygne qu’aux prémices d’une nouvelle révolte, avec près de 600 personnes battant le pavé, selon la police (entre 500 et 1 000 selon les syndicats). Pourtant, dans les rangs désertés par certaines organisations syndicales, FO et CFTC en tête, personne ne voulait s’avouer vaincu, et encore moins résigné. Pour la plupart des manifestants, qui ont brûlé symboliquement la réforme votée devant la permanence du député Denis Jacquat, rapporteur de ladite loi, le mouvement est en train d’évoluer. « L es braises ne sont pas éteintes », avertit l’un d’eux. L’heure est donc venue de réfléchir à d’autres formes de protestation, et d’élargir le mouvement de grogne à d’autres revendications, comme les conditions de travail ou la question des salaires.

La prochaine réforme des retraites complémentaires pourrait d’ailleurs servir d’étincelle, et relancer les cortèges, alors que les syndicats n’ont toujours pas digéré la récente tournure des événements..

Publié le 24/11/2010 (Républicain lorrain)



24/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres