La Mirabelle Rouge

Mouvement de grève à la FNAC de Metz

Malgré les pressions et les menaces, une vingtaine de salariés de la FNAC de Metz a fait grève samedi 18 septembre pour dénoncer la dégradation des conditions de travail et la soumission aux règles commerciales imposées par  la Direction.

photo RL

Les trois syndicats de la FNAC de Metz CFDT, Sud et Unsa ont organisé un rassemblement samedi 18 septembre devant les portes de la librairie, «  pour dénoncer les pratiques de la direction régionale ainsi que de la direction du magasin de Metz envers ses salariés ». Les «  pressions constantes sur le personnel, lettres de mise en garde, avertissements, menaces de licenciements, conditions de travail se détériorant de jour en jour, sous effectifs avec une perte de vingt salariés CDI en cinq ans sur le magasin de Metz (non remplacés)… » motivent  cette protestation publique.  Sous la menace de licenciements, la direction veut imposer aux vendeurs, des objectifs commerciaux avec des obligations comme la vente d'extensions de garanties et de services à domicile aux clients du magasin. Une bonne raison pour tous ceux qui fréquentent l'enseigne, de soutenir les salariés contre une direction qui cherchent également à transformer ses clients en pigeons.

Jean-Luc

 

 

 

Article du RL (19.09.2010)

« Ces dernières années, les conditions de travail se sont fortement dégradées à la Fnac. Nous éprouvons un profond mal-être. Beaucoup sont en arrêt pour dépression, constate Nadine Laurent, déléguée syndicale Sud. Pour 98 % des salariés, c’est très dur de se lever pour venir travailler. »

Hier après-midi, une vingtaine de salariés occupait l’extérieur du magasin, situé au centre commercial Saint-Jacques, à Metz, pour dénoncer les pratiques de leur direction. Pressions en tous genres, stress au travail, restructurations, sous-effectifs… Les grévistes avaient répondu à l’appel de l’intersyndicale CFDT, Unsa et Sud. «  Il y a dix ans, il existait encore un esprit Fnac, qui se traduisait par la culture d’entreprise et le respect des salariés et des clients, renchérit Nadine Laurent. Nous ne sommes plus que dans une logique de profit, pour vendre tout et n’importe quoi au client pourvu qu’il y ait des marges. Nous sommes le premier magasin à entrer dans la danse mais nous espérons bien être suivis par d’autres. » De son côté, Christelle Schaeffer, délégué syndicale Unsa, déplore «  la perte de 20 CDI en 5 ans ». Et Cédric Lawenz Delau Zainghein, délégué CFDT, de préciser : «  Certains ont reçu des lettres de mise en garde de la direction locale pour non atteinte d’objectifs alors que nous n’avons pas ce type de clauses dans nos contrats. C’est de la pression intempestive. »

Contacté, un porte-parole de la direction comptabilisait, hier, 17 grévistes sur les 88 salariés que compte le magasin. «  Ce mouvement n’a eu aucune incidence sur l’activité du magasin. Le service a été assuré normalement » Evoquant la grogne, il rappelle que «  des groupes de travail se mettent en place pour les risques psycho-sociaux, comme le stress, l’organisation du travail ou la méthodologie pour répondre aux demandes des salariés. »

 

Républicain Lorrain 19.09.2010

 

 

 

Les salariés FNAC de Metz manifeste leur mécontentement devant le magasin.

 

Photo RL

 

Les trois syndicats de la FNAC de Metz CFDT, Sud et Unsa organisent un rassemblement ce samedi, à 14 h, devant les portes de la librairie, «  pour dénoncer les pratiques de la direction régionale ainsi que de la direction du magasin de Metz envers ses salariés ». Les «  pressions constantes sur le personnel, lettres de mise en garde, avertissements, menaces de licenciements, conditions de travail se détériorant de jour en jour, sous effectifs avec une perte de vingt salariés CDI en cinq ans sur le magasin de Metz (non remplacés)… » motivent  cette protestation publique.  Sous la menace de licenciements, la direction veut imposer aux vendeurs, des objectifs commerciaux avec des obligations comme la vente d'extensions de garanties et de services à domicile aux clients du magasin. Une bonne raison pour tous ceux qui fréquentent l'enseigne, de soutenir les salariés contre une direction qui cherchent également à transformer ses clients en pigeons.

Jean-Luc



19/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres