La Mirabelle Rouge

Mouvement de grève des agents municipaux de Metz

MANIFESTATION HIER PLACE D’ARMES Metz : 150 agents municipaux débrayent

150 agents municipaux messins sur 2 000 ont arrêté le travail pour aller manifester devant l’hôtel de ville à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFTC, hier. Une délégation a été reçue par Dominique Gros.

 

 

Oh Dominique, si tu savais, tout le mal que tu nous fais. Oh Dominique, si on pouvait, travailler dans la sérénité. » C’est sur l’air de Marie, de Johnny Hallyday, que les agents municipaux de Metz ont manifesté, hier matin, devant l’hôtel de ville.

Ce premier mouvement social depuis l’élection de Dominique Gros a été suivi par 150 agents. C’est à la fois beaucoup et peu, puisque la Ville compte près de 2 000 salariés. « Mais, pour une première, c’est une vraie réussite », sourit Bruno Meyer, secrétaire général de la CFDT, au nom de l’intersyndicale qui réunit aussi la CGT et la CFTC. La Fédération autonome de la fonction publique territoriale n’avait pas souhaité s’associer au mouvement de grève.

« On nous demande toujours plus »

« Il y a des choses qui doivent changer, annonce Bruno Meyer. Les personnels sont mal traités et ne sont pas écoutés. Ce que nous demandons avant tout, c’est de la reconnaissance. » Les trois syndicats dénoncent notamment un manque de transparence et d’équité, des ratios d’avancement trop faibles, un accroissement de la charge de travail ou encore une « privatisation rampante des services publics ». « Nous sommes démotivés, résume Éliane, encartée à la CGT. On nous demande toujours plus, en nous imposant des réorganisations dont on ne veut pas. Les objectifs fixés sont trop ambitieux. » « Depuis trois ans, il y a des restructurations tous les ans, poursuit Patrick, de la CFTC. On voit défiler les chefs qui nous demandent toujours plus. On n’est pas récompensés. » Un sentiment résumé en un slogan : « Une Nuit blanche à 500 000 € et des agents payés 1 000 €, c’est un scandale ! » Alors que le maire leur propose une augmentation de salaire de 20 € par mois, les syndicats en réclament 30.

C’est la revendication qu’ils ont formulée à Dominique Gros. Le maire les a reçus peu de temps après le début de la manifestation. « Nous avons échangé pendant plus de deux heures, témoigne Christophe Lafoux, le directeur général des services. Dominique Gros a réaffirmé son attachement au droit de grève. Les grévistes ont évoqué un besoin de reconnaissance. C’est quelque chose que nous avons entendu. Nous allons donc multiplier les efforts pour valoriser et mieux impliquer les agents dans l’action municipale. C’est vrai que les choses évoluent. L’action publique se modernise. Il faut aider les agents à trouver leur place dans cette nouvelle organisation. »

« Sur ce point, nous sommes satisfaits, réagit Bruno Meyer. Le maire a compris qu’il y avait une souffrance. Le message est donc passé. »

Salaires : Dominique Gros freine

Les négociations salariales, elles, ont été plus difficiles. « Pour l’amélioration des conditions d’avancement en grade, le maire a promis qu’il allait ouvrir le dialogue, mais sans calendrier. C’est un échec », constate Bruno Meyer. Idem pour les 30 €. « C’est impossible dans le cadre du budget 2012, annonce Christophe Lafoux. Nous sommes restés sur notre proposition de départ : l’augmentation sera de 20 €, au 1 er mars, et encore 20 €, en 2013. »« Nous avons déjà fait des efforts très importants pour améliorer les salaires des catégories C, rappelle le directeur général des services. En 2013, les primes mensuelles auront augmenté de 70 € en quatre ans. »

« Nous ne sommes pas satisfaits, conclut Bruno Meyer. Nous allons nous réunir en début de semaine prochaine pour décider d’une éventuelle suite à donner à ce mouvement. »

Anthony VILLENEUVE. ( RL le 27.01.2012)



27/01/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres