La Mirabelle Rouge

Ne laissons pas solder nos salaires et nos acquis sociaux !

 

 

Le printemps tunisien……

La révolte populaire en Tunisie, produit d’une situation sociale désastreuse, s’est transformée en révolution démocratique avec le renversement de la dictature. Cette première victoire du peuple, de la jeunesse, des femmes et des travailleurs tunisiens est aussi un formidable pied de nez aux dirigeants des principales puissances du monde qui ont toujours soutenu la tyrannie tunisienne. En 2008, le directeur du FMI, Strauss-Kahn, avait été décoré par le dictateur suite à ses propos élogieux sur l’économie du pays considérée comme un exemple à suivre en matière de rigueur. Une rigueur pour les peuples mais nullement pour les dirigeants corrompus. Le gouvernement français et Sarkozy se sont toujours flattés des bonnes relations entretenues avec le régime de Ben Ali. La ministre des Affaires étrangères, Alliot-Marie avait même osé proposer ses services  et le « savoir-faire » de la France pour le maintien de l’ordre, quelques jours avant la chute du régime. Obligée de se raviser avec le changement intervenu, il s’agissait de rassurer le monde des affaires toujours inquiet face aux mouvements populaires. Les 1250 entreprises françaises installées en Tunisie, dont beaucoup sont cotées au CAC 40 ont des intérêts à préserver, bien supérieurs  aux élémentaires droits démocratiques. Voilà le message de ceux pour qui le mot démocratie n’est qu’une formule pour les discours.

Contre l’hiver social en France et Europe…..

Le cynisme du propos est bien en conformité avec la politique antisociale développée par le président des riches. Fidèle à sa fonction, Sarkozy nous a annoncé lors de ses vœux,   de nouvelles attaques contre la sécurité sociale et les acquis sociaux.

Après l’injuste loi Woerth sur les retraites adoptée grâce au coup de force d’un gouvernement totalement illégitime, les voilà maintenant disposés à répondre positivement aux exigences du Medef de Parisot qui considère « le coût du travail comme trop élevé ». Il faut entendre par là que les salaires et les acquis de la protection sociale qui lui sont liés, pèsent encore trop lourdement sur les profits des entreprises. Quand on nous parle de « baisser les charges », il faut entendre un nouveau transfert de richesse du travail vers le capital. L’institut de conjoncture  patronal COE-Rexecode plaide pour un transfert immédiat de 10 à 15 milliards d’euros et Parisot propose conjointement une augmentation de la TVA et de la CSG. Le gouvernement doit décider des propositions pour ce transfert d’ici le 30 mai. Les salariés vont donc subir une prolongation de la cure d’austérité.

Mais  les mobilisations sociales de 2010 hostiles à la  contre-réforme des retraites ont montré, comme dans d’autres pays d’Europe,  que les révoltes contre les politiques libérales peuvent rassembler des dizaines de millions de salariés et de jeunes. Et si le peuple tunisien a réussi à faire tomber une dictature, notre mobilisation collective pourrait aussi mettre en échec une autre dictature, celle des marchés, des banquiers et des capitalistes.

Voilà les meilleurs vœux pour l’année 2011.

 

Jean-Luc (22.01.2011)



22/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres