La Mirabelle Rouge

Ottange: fête des mères en défense des acquis et de la retraite

Geneviève Marchal, collectif régional CGT des veuves et femmes retraitées : "Nous n'acceptons plus aucun recul de nos acquis"

 

Veuves et retraité-es de la CGT sont déterminé-es et refusent la nouvelle contre-réforme des retraites sur laquelle il n'y a rien à négocier. Une détermination que La Mirabelle Rouge aimerait voir partager par toute la CGT et notamment par la direction confédérale. 

 

 


Photo RL

Au cours d'un repas-débat organisée par la section locale CGT des retraités et veuves, de nombreuses doléances ont été exprimées par les responsables. Le jour de la Fêtes des Mères, les femmes syndicalistes étaient en première ligne.

 

C'est en présence de Gilles Bertoni, adjoint au maire, que Bouby Reslinger secrétaire de la section d'Ottange-Nondkeil des retraités et veuves a accueilli les convives à un déjeuner-débat. Plus de soixante membres étaient présents, ainsi que Geneviève Marchal et Nicole Strappazon, membres du Collectif régional des veuves et femmes retraitées. Le secrétaire a remercié les membres du Comité qui ont organisé cette rencontre, dont le trésorier, Daniel Benedetti. « Notre section vieillit, mais nous pouvons compter sur les femmes ».

M. Reslinger a évoqué les préoccupations concernant la retraite. «  Une réforme qui sera lourde de conséquences pour les travailleurs et les retraités ». C'est entre le fromage et le dessert que Geneviève Marchal a pris la parole. «  Ne soyez pas surpris que Nicole Strappazon et moi-même, membres du collectif féminin, représentons Jean Markun secrétaire de la Fédération, les veuves sont de plus en plus nombreuses et elles sont les plus exposées aux difficultés de la société que créent les dirigeants de notre pays. Plus de 90 % vivent sous le seuil de pauvreté ». Mme Marchal a rappelé la disparition de quelques acquis sociaux, la diminution de la protection sociale, «  une retraite réévaluée de façon dérisoire, des réformes qui affaiblissent notre pouvoir d'achat ».

Médecine minière

Le statut du mineur est mis à mal par une succession de mesures, estime Mme Marchal. «  En particulier la suppression de dix-neuf dispensaires sur trente-quatre dans notre région ; il reste environ un médecin de la mine pour 600 affiliés, les déplacements et les attentes sont pénibles pour les personnes âgées ».

Pour le moment, la situation est stable à Ottange avec la présence du Dr Crestani. «  Mais il y a des endroits où cela devient dramatique ». Le logement des veuves pose un grave problème. «  Ces logements ont été vendus avec comme conséquence un transfert des charges, d'autre part les nouveaux propriétaires n'effectuent pas les travaux d'entretien et n'attendent que le départ de la personne ».

Nicole Strappazon lance un appel pour mobiliser les femmes. «  Nous n'acceptons plus aucun recul de nos acquis, nous refusons la réforme, je vous demande de signer une pétition ».

Avant le dessert le président Reslinger a offert un bouquet de fleurs à Joséphine Hebbert «  pour la remercier de son engagement et sa disponibilité, particulièrement pour la préparation et le service de ce repas ».

Républicain  Lorrain   01.06.2010



01/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres