La Mirabelle Rouge

Pourquoi un TGV a raté son arrêt en gare du Mans ?

 

 DECLARATION DES CHEMINOTS CGT

 

 Vendredi 12 février 2010 le TGV 8617 (11h05 au départ de Paris) n'a pas respecté l'arrêt en gare du Mans, aussitôt et sans aucun discernement ni respect de la déontologie, tous les médias Français se sont acharnés rejetant la faute sur le seul conducteur.

 

« Une centaine de voyageurs ont été victimes d'une «faute grave» d'un agent de conduite, qui a oublié de s'arrêter en gare du Mans vendredi midi » (site internet du Figaro).

 

Une dépêche AFP rend compte de l'incident et de la responsabilité de l'Agent de conduite (ADC). Du Ouest-France au Figaro, les radios, les télés reprennent « l'info » trop avides de taper sur le service public et un nanti de conducteur.

 

Nous avons l'habitude d'un tel traitement de la part d'une presse pourfendeuse de service public, aux ordres et à l'asservissement intéressé aux discours ultra-libéraux. Cependant, nous avions connu aussi une Direction plus encline à défendre les cheminots. En effet, aucun communiqué n'a été produit par la Direction de l'ETPL, ni par la Direction Régionale, pourtant celle-ci a été interpellée par la presse. Au niveau national, un communiqué laconique de la Direction laisse peser la faute sur les épaules de l'ADC  «  Le conducteur a effectivement oublié l'arrêt du Mans, il s'agit d'un incident extrêmement rare »  minimise la SNCF.

 

La réalité est toute autre et aucune faute professionnelle n'a été commise par le conducteur. La fiche horaire qu'il doit respecter pour son train  est valide pour le jour considéré, et sur cette fiche, il n'y a pas d'arrêt prévu au Mans.

 

C'est là, le véritable scandale, laisser la presse déshonorer notre profession. Par contre, nous connaissons les vraies raisons du silence de la Direction, surprenant également qu'un membre de la Fédération CFDT, invité à l'émission « C dans l'air » du 16.02.10, n'ait pas été en capacité de défendre notre collègue ???

 

En effet, la validité de la fiche train court pour tous les vendredis de février 2010, la semaine précédente, le conducteur de notre dépôt s'est rendu compte de l'erreur avant le passage au Mans, il a donc marqué l'arrêt en gare et bien évidemment signalé l'anomalie au régulateur et par l'intermédiaire du bulletin de traction où les incidents sont à signalés. Le lundi 08/02, soit  5 jours avant l'incident, ce bulletin était dans le circuit de l'Unité de Production de son établissement et le signalement réalisé n'a pas été pris en compte.

 

Pourquoi le signalement réalisé précédemment n'a pas été pris en compte ?

 

Depuis plusieurs années, la Direction restructure à tout va, cassant systématiquement l'emploi dans tous les pôles d'appui, y compris ceux qui sont acteurs de la sécurité. Aujourd'hui, le système ne fonctionne plus à tel point qu'un écart sécurité du service, signalé le lundi, n'est toujours pas corrigé 5 jours plus tard.

 

En réalité, on est bien sur un cas de dysfonctionnement grave.

 

La fédération CGT des cheminots sera reçue par la Direction vendredi 19 février pour dénoncer la responsabilité de l'entreprise dans l'enchaînement de dysfonctionnements à répétition, dont les causes et conséquences sont largement amplifiées par la politique de l'entreprise.

 

Cette Direction, abandonnant les concepts du service public, fiabilité, sécurité, au profit de la rentabilité, est beaucoup plus prompte à sanctionner les cheminots, c'est ainsi que l'on voit fleurir les descentes de machines (pour certaines définitives). La CGT ne laissera pas les agents de la Traction payer, un peu plus, la note d'une politique dévastatrice et appelle les cheminots à amplifier la mobilisation en cours pour contraindre la Direction a changé de cap et d'attitude

 

 

Montreuil, le 17 février 2010.

 

 



17/02/2010
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres