La Mirabelle Rouge

Profession de foi du NPA en Lorraine

Tout changer, rien lâcher !

Les élections régionales interviennent alors que le gouvernement et le patronat nous font payer une crise dont ils portent l'entière responsabilité. Sarkozy et son gouvernement ont renfloué les banques à coup de centaines de milliards. L'argent, qu'on nous disait introuvable pour nos salaires, nos revenus ou les services publics, s'est mis à couler à flot pour les actionnaires et les spéculateurs.  Un million d'euros par jour est gaspillé dans une  guerre sans fin en Afghanistan.

La logique capitaliste, c'est toujours plus de profit : abondance pour les plus riches, restrictions pour le reste de la population ! C'est cette même course au profit, qui est responsable de la crise écologique qui menace la planète. Les grandes firmes pétrolières et agroalimentaires pillent les richesses naturelles sans souci de l'avenir. Face à cela, il n'existe pas d'opposition suffisante tant politique que syndicale ; or nous ne changerons rien  sans une mobilisation large de la population, sans un « tous ensemble ».  Mais, par notre vote, nous pouvons sanctionner celles et ceux qui nous expliquent depuis des décennies que le capitalisme est notre seul avenir.

 

En Lorraine comme ailleurs, malgré la majorité PS-Verts-PCF, la droite continue à faire ce qu'elle veut !

Partout les travailleurs ont subi le chômage partiel, les licenciements.  Les fermetures d'usines se sont succédé : Kleber à Toul, ArcelorMittal à Gandrange, Air Liquide à Commercy, Ossabois (ex-Seb) au Syndicat. A cela s'ajoute la disparition des services publics de proximité dans les quartiers populaires et les campagnes.

La majorité PS-Verts-PCF prétendait incarner un « contre-pouvoir » face à Sarkozy. Loin de protéger les salariés, elle a financé des formations professionnelles commandées par le MEDEF et arrosé les entreprises privées avec l'argent public. On connaît le brillant résultat en terme d'emploi : 900 000 euros pour SMART qui licencie 72 personnes sur le site de Hambach, 1,1 million pour Thyssen Krupp qui supprime 12000 emplois dans le monde. Loin  de respecter l'environnement, elle a subventionné les sous-traitants de la centrale de Cattenom et favorisé l'agro-business et l'élevage intensif avec des aides de dizaines de millions d'euros.

 

Ce que défend le NPA

Soutenir les salariés en lutte, exiger la suppression des subventions aux entreprises privées et la récupération de celles déjà versées, utiliser cet argent pour développer les services publics territoriaux, voilà ce que feront des élus défendant réellement les intérêts des classes populaires. Ils soutiendront également ceux qui se battent contre l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure. Ils exigeront l'arrêt des subventions aux communes qui, au mépris de la sécurité des populations, accueillent les sites d'enfouissement contre l'argent sale de l'industrie nucléaire

Mais pour répondre à l'urgence sociale, elles devront s'accompagner de revendications plus larges. C'est pourquoi :

-         Face à la destruction de l'emploi, nous exigeons l'interdiction des licenciements.

-         Face au blocage des salaires et des revenus, nous exigeons une augmentation de 300€ pour tous et aucun revenu inférieur à 1500 € net. 

-         Face aux attaques répétées contre les retraites et les menaces actuelles, nous exigeons la retraite à 60 ans maximum et  le retour à 37,5 annuités de cotisation.

-         Face aux suppressions de postes dans l'éducation, la santé et tous les services publics, nous exigeons des embauches massives et la renationalisation des services qui ont été privatisés.

-         Face à ceux qui cherchent des boucs émissaires pour mieux diviser les travailleurs, nous exigeons l'égalité des droits entre toutes et tous et la régularisation de tous les sans papiers.

-         Face à la crise écologique, nous exigeons le recours massif aux énergies propres et renouvelables et l'arrêt du nucléaire.

 

Votons NPA et préparons la riposte

Soyons clairs, pour que ces exigences aboutissent, des élus ne suffiront pas ! Il faudra construire et amplifier la mobilisation sociale, aller vers un mouvement d'ensemble, une grève générale, pour imposer nos revendications  et retirer au patronat la domination qu'il exerce sur l'économie et la société. Nous voulons construire une force qui combat pour une société débarrassée du capitalisme et respectueuse de l'environnement, une société  dont les leviers de décision reviennent à la population dans les communes, dans les quartiers, dans les entreprises.

En Lorraine, il faut :

- l'arrêt immédiat des subventions aux entreprises privées et la récupération des subventions déjà versées aux entreprises, à commencer par celles qui ont supprimé des emplois,

- des aides aux projets d'utilités sociales, écologiques et culturelles,

- la création d'un service de soutien juridique aux salariés en luttes.

- Le soutien financier aux associations qui militent pour les droits des travailleurs, pour la solidarité internationale, pour l'environnement et contre toutes les discriminations

- une politique de transport sociale et écologique : des transports publics régionaux gratuits,

- favoriser l'agriculture respectueuse de l'environnement

- des fonds publics pour les services publics : les fonds de la Région pour les lycées et la formation professionnelle doivent être réservés aux établissements publics. La construction de  nouveaux établissements là où le besoin existe.

- l'arrêt des privatisations et des partenariats public-privé, forme d'externalisation des missions publiques,

- le statut de fonctionnaire pour tous les salariés du Conseil Régional  et des embauches à hauteur des besoins de la population.

Le 14 mars, votez pour la liste NPA pour envoyer au Conseil Régional des travailleurs qui seront véritablement vos porte-paroles et ne lâcheront rien !

 

LISTE SOUTENUE PAR OLIVIER BESANCENOT



03/02/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres