La Mirabelle Rouge

Rodemack:maternelle occupée pour maintenir 1 classe

Zéro pointé à la politique du chiffre

Ils l’avaient dit, ils l’ont fait : les parents d’élèves de la maternelle de Rodemack occupent l’école depuis mardi pour protester contre la menace de fermeture d’une classe à la rentrée.

L’ambiance est bon enfant, presque potache. Ne pas se fier aux apparences : les parents d’élèves de la maternelle Le Petit Prince à Rodemack, restent déterminés. S’ils déploient banderoles, sacs de couchage et panier pique-nique le sourire aux lèvres, ils n’ont guère envie qu’on joue trop longtemps avec leurs nerfs. Tout comme les élus de la commune, le maire Gérard Guerder en tête, ils s’opposent aussi à l’arithmétique académique. Car, comme chaque année à pareille époque, c’est bien de nombre d’élèves dont il est question.

Calculs académiques

Le problème est récurrent, a fortiori dans une académie toujours placée en tête pour la saignée des effectifs enseignants. Entre addition d’élèves et soustraction d’instits, l’inspection opère des choix dans la douleur. Choix qui seront définitivement fixés et annoncés demain soir, à l’issue de la réunion du comité technique paritaire. « Pour Rodemack, on regardera », promettait hier Jean-René Louvet. L’inspecteur d’académie affirmait aussi qu’il attendait encore les effectifs de l’école – pourtant remis en mains propres à l’inspectrice de Yutz le matin même –.

Qu’en est-il donc de ces chiffres ? « L’inspection a sollicité l’école au mois de novembre pour connaître les effectifs de la rentrée 2012, raconte Gérard Guerder, à ce moment-là, il y avait cinquante-six élèves contre soixante-dix lors de la dernière rentrée. » A cinquante-six, on ferme une classe, mais en novembre, on n’a pas forcément les effectifs complets ! Du coup, la mairie a lancé des pré-inscriptions en catastrophe. D’autant que « c’est le maire qui doit prendre les inscriptions et je n’ai jamais été sollicité », soutient le premier magistrat. Un élu d’autant plus agacé que lui aussi, il sait compter. Quand l’ouverture d’une troisième classe avait été évoquée en 2008, face à l’essor démographique, « l’inspection nous avait dit OK mais il faudra penser à agrandir l’école ». Qu’à cela ne tienne : une classe + des sanitaires + une salle de repos + un préau = 350 000 € investis et une structure flambant neuve mise en service en… septembre dernier.

Addition municipale

Et on continue sur les chiffres : vingt-trois naissances en 2010, vingt en 2011 et soixante élèves – sans les 2 ans – recensés pour la rentrée 2012 : Rodemack compte du sang neuf entre ses augustes murailles, « sans oublier la problématique locale : il y a ici des enfants qui sont nés au Grand-Duché ou même en Belgique et la mairie n’en a pas forcément connaissance », explique Olivier Matz, président par intérim de l’Association des parents d’élèves. A ses côtés, Claire Iffly est déléguée parents au conseil d’école, elle ajoute : « On a cherché des enfants depuis dix jours, aujourd’hui, on est sur le seuil minimum de l’inspection académique, alors pourquoi rester sur les cinquante-six ? »

Entrés en lutte, les parents ont donc opté pour l’occupation. Huit d’entre eux et deux enfants ont passé la nuit (très fraîche) de lundi à mardi dans l’école. Et ils n’en décampent pas. « On va continuer jusqu’à jeudi par roulement, tonne Claire Iffly, jusqu’à ce qu’ils nous disent qu’ils ne fermeront pas notre classe. »

E. de R. ( Républicain Lorrain du 8.02.2012)

 



08/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres