La Mirabelle Rouge

Saint-Avold : débrayage dans l'enfer call center

 

Des télé-opératrices du centre d’appels implanté rue Victor-Demange à Saint-Avold ont quitté leur poste de travail, hier, entre 10 h 30 et 13 h 30 afin de dénoncer les méthodes de management utilisées dans leur entreprise.

Photo RL

 

En l’an 2000, la CFDT lançait une enquête sur les conditions de travail dans les centres d’appels. 50 % des personnes sondées répondaient "oui" à la question : Aujourd’hui, avez-vous le sentiment d’avoir des problèmes de santé particulièrement liés à votre travail ?

Dix ans plus tard, le stress demeure le fléau numéro 1 de ce genre d’entreprises où les télé-opérateurs, en grande majorité des femmes, subissent une pression professionnelle hors norme.

Hier, des salariées de Webhelp, call center implanté juste à côté de l’IUT de Saint-Avold, ont participé à un débrayage entre 10 h 30 et 13 h 30.

Désillusion, amertume

En vrac, les télé-opératrices en colère dénoncent «  des inégalités de traitement entre employés, voire du favoritisme, la pratique de l’intimidation dans la gestion des conflits, des temps de pause où la parole est surveillée, des dépassements de temps de travail non rémunérés, une vague de licenciements depuis cet été pour cause d’absentéisme répété nuisant à la production selon la direction, des problèmes de salaires ».

Tout cela fait beaucoup mais illustre surtout une ambiance exécrable au sein de ce plateau téléphonique. Au gré des témoignages de ces femmes rongées de désillusion et d’amertume, on ressent l’ampleur indéniable de ce mal-être au travail devenu un calvaire au quotidien.

Le secrétaire régional de la CGT FAPT (activités postales et télécommunications), Michel Lersy, et son homologue départemental, Thierry Girardot, sont venus à Saint-Avold soutenir les salariées Webhelp ce lundi. «  C’est le management par la terreur. C’est vrai dans beaucoup de centres d’appels et particulièrement chez Webhelp », considère M. Girardot. En fin de matinée, Silvana Cuglietta, déléguée du personnel CGT chez Webhelp Saint-Avold, membre du comité d’entreprise, a été reçue par le responsable du site et la responsable des ressources humaines.

«  J’ai pu exposer les griefs que nous formulons mais je n’ai obtenu aucune réponse concrète tendant à remédier aux problèmes que nous rencontrons. J’ai sollicité un rendez-vous avec Vincent Bernard, directeur général de Webhelp basé à Paris », indique la déléguée CGT.

Nous avons tenté de joindre la direction de Webhelp ce lundi, à Saint-Avold comme au siège social de Paris, afin d’obtenir une réaction aux critiques formulées par les salariées. Mais nous n’avons réussi à obtenir personne pour avoir le point de vue des dirigeants du groupe.

 

Stéphane MAZZUCOTELLI (Républicain Lorrain) le 14.12.2010

 



14/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres