La Mirabelle Rouge

Smartville: Fin de la grève chez Pastal

Photo RL

 

Mercredi 15 décembre 2010

 

Fin du conflit chez Plastal

Hier après-midi, un accord a été signé entre la CGT et la direction de Plastal, permettant la reprise de l’activité sur Smartville. Dans notre édition d’hier, nous évoquions quelques-unes des avancées obtenues par le syndicat. Restait la perte de salaire pour les grévistes. Elle sera réduite de 600 à 100 €. «  Nous n’avons pas été soutenus pas les autres syndicats, au contraire… », déplore Denis Boos (CGT), «  mais nous sortons de ce conflit grandi ».

Républicain Lorrain le 15/12/2010

 

 

 

Mardi 14 décembre 2010

 

Le mouvement de grève chez Plastal, initié par la CGT, est maintenu et pourrait même se durcir. La rencontre, hier, avec la direction, a permis d’obtenir des avancées sur les revendications du syndicat, mais a tourné court suite à une décision considérée comme une provocation par la CGT.

Des avancées

Depuis vendredi après-midi, Plastal est à l’arrêt, du fait de négociations salariales non acceptables pour la CGT. Hier, les délégués ont rencontré la direction et si sur la hausse des coefficients pour les plus bas salaires on bloque encore, sur les autres revendications, il y a eu des avancées : la modulation des heures de travail, le délai de prévenance pour les salariés, qui passe à trois jours (les salariés étaient prévenus souvent à la dernière minute), les primes et heures supplémentaires pour le montage, le prime dérangement pour le week-end… Puis il y eut la prime d’assiduité. Qui peut être acquise au trimestre, comme le souhaitait la CGT, mais rétroactivement au 1 er décembre. Du coup, les grévistes perdraient ladite prime…

« On ne lâchera pas »

«  Cela représente 400 € de bonus et environ 200 € de prime, soit 600 €. » Pour Denis Boos (CGT), «  la condition de reprise ne peut pas être de perdre de l’argent ! » Il va plus loin. «  Si on accepte ça, cela va à l’encontre de l’intérêt des salariés mobilisés, mais aussi à l’encontre de l’intérêt de l’entreprise. Les arrêts maladie vont se multiplier. » Et Denis Boos de prévenir : «  On ne lâchera pas ! » Depuis hier, Smart est également impactée par l’arrêt de l’un de ses partenaires, Plastal. C’est donc tout Smartville qui est aujourd’hui au chômage.

M. L. (Républicain Lorrain le 14/12/2010)

 

Lundi 13 décembre 2010

 

Depuis vendredi après-midi, les chaînes de montage de la société Plastal sont à l’arrêt. En cause, des frictions concernant les négociations annuelles obligatoires. Le mouvement pourrait se poursuivre et affecter la Smart.

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) sont souvent un moment délicat, origine de tensions entre patronat et syndicat. C’est le cas chez Plastal, entreprise basée sur l’Europôle d’Hambach. Depuis vendredi après-midi, à l’appel de la CGT, les chaînes sont à l’arrêt. Les NAO ne semblent pas avoir été fructueuses…

La CGT réclame une prime d’assiduité au trimestre acquis, «  comme cela se faisait il y a quelques années », explique Denis Boos, délégué CGT. Et non à l’année, comme le souhaite la direction. Si le syndicat ne conteste pas la hausse de salaire envisagée, il réclame une augmentation du coefficient des plus bas salaires de l’entreprise. «  C’est symbolique, car cela n’impacte pas forcément le "porte-monnaie" de manière significative. » Ce qui est moins "symbolique", ce sont les conditions de travail. «  Les compteurs sont à + 100, voire + 150 heures de travail. » Des heures supplémentaires qui ne sont pas forcément un mauvais signe, mais c’est leur mode de mise en place qui pose problème. «  On prévient les salariés à la dernière minute. Il y a trop de contraintes, ne serait-ce que pour s’organiser en terme de garde d’enfants… »

Dommage collatéral

La société Plastal est l’un des partenaires de Smart. Elle lui fournit tout l’habillage extérieur : ailes, bas de caisse, pavillons de roue… L’entreprise fonctionne sans beaucoup de stock et si le débrayage chez Plastal se prolongeait, Smart pourrait se retrouver rapidement à l’arrêt. Effet domino, ce sont aussi les autres partenaires qui en subiraient les conséquences…

Chez Plastal, la grève est reconduite jusqu’à lundi, une rencontre étant prévue avec la direction en fin de matinée. Direction que nous n’avons pas pu joindre hier.

M. L (Républicain Lorrain 12.12.2010)


13/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres