La Mirabelle Rouge

SNCF: Incidents de sécurité et indifférence de la Direction

Communiqué de la CGT des Cheminots

 

Nouveau déraillement en gare de  Marseille !

 

Dans un courrier du 24 août 2010, la fédération CGT des cheminots a interpellé le Président de la SNCF ainsi que les structures responsables de la sécurité ferroviaire, EPSF (Etablissement Public de la Sécurité Ferroviaire)et RFF sur l’augmentation préoccupante des incidents de sécurité.

Le Président Pépy, fidèle à sa technique de « l’enfumage », a mis cette question sur le compte d’une polémique de rentrée en minimisant cette initiative et les conséquences de la gestion actuelle sur le niveau de la sécurité. Pourtant, en prenant l’exemple de la région PACA, on peut affirmer qu’il y a urgence à organiser la table ronde ministérielle sur la sécurité ferroviaire que revendique la CGT afin de prendre les mesures qui s’imposent.

Ainsi en quinze jours, 5 incidents de sécurité dont 3 déraillements sont à déplorer. Celui de Cannes la Bocca, met clairement en cause le niveau d’entretien avec 4 000 traverses et trois appareils de voies à changer.

La politique consistant à ne plus entretenir les voies « dites de service » montre sa nocivité. On a oublié que ces voies jouxtent les voies principales et que les trains qui déraillent ainsi peuvent provoquer des collisions avec des trains de voyageurs.

Le dernier déraillement en date s’est déroulé la nuit dernière en gare de Marseille ST Charles Les agents, depuis des mois, exigeaient le changement de traverses. Travaux toujours remis à plus tard au nom de la sacro sainte réduction des coûts et on en voit  les conséquences aujourd’hui.

Certes, l’enquête est en cours, elle déterminera les différents niveaux de responsabilités : état de la voie, du matériel.... Notre propos n’est pas de dramatiser,  ni d’instrumentaliser la question de la sécurité mais de tirer le signal d’alarme afin que des mesures soient prises!

La CGT va demander au niveau régional une table ronde avec RFF, l’EPSF et la Direction Régionale de la SNCF.

Nous exigeons un état des lieux précis de l’entretien des voies de service à proximité des voies principales.

Nous espérons qu’après ce nouvel incident, le Président Pépy revienne à plus d’humilité et de lucidité et réponde favorablement à la demande la fédération CGT des cheminots.

Aujourd’hui les rames voyageurs qui ont déraillé étaient vides, attend-on un accident d’une autre nature pour changer de stratégie et abandonner la politique dite du « risque calculé » ?

La CGT ne restera pas sans agir et mobiliser les cheminots sur ces questions. La sécurité à un coût mais elle n’a pas de prix !

 

Le 01/09/2010



01/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres