La Mirabelle Rouge

Solidarité Palestine

 

Solidarité Palestine

 

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mercredi 2 juin devant la préfecture de Metz à l'appel de l'Association France Palestine Solidarité et MRAP pour protester contre l'acte de  piraterie de l'armée israélienne en Méditerranée. Depuis des décennies, les droits fondamentaux des Palestiniens sont ainsi bafoués par un Etat qui ne respecte aucune  des règles internationales adoptées sur ce point dans le cadre de l'ONU. Cette enceinte est pourtant bien policé et la plupart du temps  très complice des puissances impérialistes.

Les dirigeants de ces puissances sont bien hypocrites. Ils s'élèvent avec raison contre l'acte de guerre qui vient d'être commis mais acceptent le blocus de Gaza comme si celui-ci était une fatalité de la géopolitique du Moyen-Orient. Il n'y a aucune illusion à se faire sur le rôle des puissances du monde pour permettre au peuple palestinien de vivre dans le respect de ses droits fondamentaux. Pour faire cesser cette tragédie, il faut surtout  accentuer la solidarité internationale en multipliant les initiatives et les campagnes de soutien à la lutte des Palestiniens. Il faut également mettre fin à l'impunité d'Israël et  cesser de  donner des primes aux  crimes de son armée qui sont des  crimes de guerre. Il faut suspendre l'accord d'association entre l'Union Européenne et Israël et isoler sa politique belliciste.

 

Jean-Luc

 

Photo RL

  extrait d'un texte d'Edwy Plenel (Mediapart 31.05.2010)
Article complet en lien direct ( Piraterie d'Etat en méditerranée) et à la rubrique Nouvelles du monde et internationalisme

 

..........Plus que jamais, il nous faut espérer que, de la conscience de l'irréparable, puisse aussi naître l'improbable: ce sursaut que l'on n'espérait plus. Il suppose une lucidité courageuse capable d'affronter sans crainte les aveuglements qui, trop longtemps, ont rendu nos partis, nos gouvernements, nos Etats, l'Europe et les Etats-Unis, inconscients de l'urgence, indifférents à la cause palestinienne et insoucieux du nœud gordien qu'il faut aujourd'hui trancher. Car l'agression meurtrière contre Free Gaza n'est pas une bavure, l'acte isolé d'unités militaires auxquelles on aurait lâché la bride – et, de fait, le ministre de la défense israélien, Ehud Barak, l'a totalement assumée et revendiquée. Elle n'est que le énième épisode de ce glissement fatal vers la négation de l'Autre, de ses droits naturels comme de sa commune humanité, qui est au ressort du rapport colonial. Dans cette relation pathogène, où celui qui domine se pense supérieur à celui qu'il a dépossédé, le dominant finit toujours par être aveuglé par son mépris, par devenir prisonnier de sa propre domination. La relation coloniale est, au choix, un poison infernal, un piège délétère et mortifère qui finit par ravager de l'intérieur ceux qui l'ont mis en mouvement........

 

 

Tract distribué par des pirates à barbes fluos à la manifestation de solidarité avec la Palestine samedi 5 juin 2010à Paris...


Nous sommes des pirates des mers, des femmes à barbes rousses et brunes en lutte contre l'occupation et le mur, contre toutes les frontières et contre chaque eau qui se targuerait d'être territoriale.

Nées dans cet Etat nommé Israël, ce petit navire qui se saborde, nous sommes venues naviguer dans le système de canalisation français.

C'est depuis cet entre-deux mondes, cet espace aux contours merveilleusement flous, que nous disons:

Nous, pirates vagabondes, à la fois d'ici et d'ailleurs, soutenons chaque transgression à l'état de siège imposé aux habitants de Gaza, toute protestation contre le mur, et toute lutte contre la politique israélienne qui sépare à tout va: Israélien-ne-s et Palestinien-ne-s, cartes vertes et cartes bleues, Juifs/ves et non-Juifs/ves, avec et sans papiers, légaux/les et illégaux/les, Ashkénazes et Orientaux/les.


Nous rejetons les frontières qui nous imposent des identités nationales et refusons que des actes de répression et de violence d'Etat soient perpétrés en un nom qui se dit le nôtre. Nous voulons des brèches, des ponts, des lieux et des liens pour dépasser ce qui se passe malgré nous, entre des forces toujours plus malades, toujours plus avides.


L'Etat israélien veut faire de ses contradicteurs des terroristes ? Nous serons des pirates !


Prenons d'assaut ces marges avant qu'ils ne nous les offrent!

C'est dans les marges que se pense ce qui est à venir.

Pillons leur maigre trésor, ne leur laissons rien !

Construisons des points de rencontre, des collisions joyeuses. Nous, pirates, n'avons ni foi, ni loi autre que celle de nos combats contre une réalité imposée raciste et bornée.

Nous soutenons que devant un tel état, la seule solution c'est la piraterie, par tous les bords. Piratons, piratez ! ceci est une incitation aux voyages, une invitation aux pillages. C'est la seule manière de faire advenir un état-du-lieu qui serait plurinational, multiple- en un mot : vivant. Nous appelons donc à tou-te-s les pirates d'ici et d'ailleurs à se joindre à cet équipage qui n'a pas de nom, pas de domicile fixe, pas d'étendard, pas de lieu de repli ni de répit. Voguons ensemble dans les eaux troubles, piratons de concert tous ceux qui se croient avoir des droits sur nous.

 

Tract publié sur le site Mediapart

 

 



13/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres