La Mirabelle Rouge

TGV du Mans....médias et SNCF au bal des hypocrites

Les lecteurs de la Mirabelle Rouge se souviennent peut-être encore de l'article publié sur le site concernant l'arrêt raté d'un TGV en gare du Mans survenu le 12 février 2010. La plupart des grands médias s'étaient alors acharnés avec une belle unanimité contre le conducteur de train qui symbolisait si bien à leurs yeux  ces nantis et ces privilégiés de cheminots, laxistes et incompétents, mais si prompts à se mettre en grève pour n'importe quelle bagatelle.

 

 « Une centaine de voyageurs ont été victimes d'une «faute grave» d'un agent de conduite, qui a oublié de s'arrêter en gare du Mans vendredi midi » (  Site  du Figaro)

 

La nouvelle était diffusée en boucle sans discernement et sans qu'un seul journaliste ne cherche à vérifier les causes réelles de cet incident. La Direction de la SNCF avait participé à la curée en publiant un communiqué confirmant la responsabilité du mécanicien :   «  Le conducteur a effectivement oublié l'arrêt du Mans, il s'agit d'un incident extrêmement rare » 

 

 La Fédération des cheminots CGT avait alors entrepris sa propre enquête  qui révélait  en réalité la chaîne des causes de cet incident. Aucune faute n'avait été commise par le conducteur. Il s'agissait d'un disfonctionnement interne à l'entreprise ferroviaire dont la Direction portait l'entière responsabilité. En effet, avec les restructurations actuelles,  toute la fiabilité de l'organisation du travail permettant le respect des normes sécuritaires  est  en cause, et il ne faut donc pas s'étonner de la multiplication des incidents liés à la  circulation des trains ( voir l'article « Pourquoi un TGV a raté son arrêt en gare du Mans ? )

 

A la suite de l'interpellation de la Direction SNCF par la CGT, celle-ci vient de confirmer sa propre responsabilité. Dans un courrier en date du 25 mars, elle écrit notamment :

 

 

 

…………..Un journaliste présent à bord de ce TGV a relayé l'incident au travers des médias nationaux et régionaux dans les heures qui ont suivi, en mettant en cause le conducteur. Des raccourcis ont été faits ; ils ne reflètent pas la réalité.

L'analyse interne a déterminée que la fiche train n'était pas conforme à la desserte prévue. Ce dysfonctionnement est lié à une erreur de procédure……….

L'agent de conduite n'est donc pour rien dans cet incident.

 

 

 

 

Dans ce courrier, la Direction s'explique aussi sur sa communication avec une hypocrisie digne des meilleures écoles de formation des Directeurs de Ressources Humaines……

 

 

 

 

……..Nous avons considéré que communiquer en externe plusieurs jours après pour rectifier l'origine du défaut n'aurait rien apporté au grand public, voire aurait pu renforcer l'image négative de cet incident à l'extérieur de l'entreprise……..

 

 

 

 

 

Puisque tout le monde a pensé que le mécanicien était en cause, continuons donc à lui faire porter le chapeau  et ainsi préserver l'image de l'entreprise. Ce discours est la véritable clé de voûte de toute la politique de l'entreprise.  Il s'agit de masquer les choix de rentabilité qui se font au détriment de la qualité du service public derrière la vitrine d'une communication qui considère l'usager comme un gogo et les salariés comme des moins que rien.

 

Des dirigeants aussi misérables ne méritent que notre mépris !

 

 

Jean-Luc ( 01.04.2010)

 

 

 

 



01/04/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres