La Mirabelle Rouge

Unité à gauche contre le projet de centrale à Hambach

 

Refus du projet polluant de la centrale électrique à Hambach.

Une gauche unie contre Hambrégie
Les représentants de différentes formations politiques de gauche ont affirmé leur union contre le projet Hambrégie et leur soutien à l’ADPSE. Photo Thierry NICOLAS

Parti socialiste, parti communiste, parti de gauche, Europe Ecologie-les Verts, Nouveau parti anticapitaliste, Modem… Ils sont venus, ils sont tous là, ou presque, à la maison franco-allemande, pour une conférence de presse à laquelle assistaient également des représentants de l’ADPSE. L’objectif étant de porter sur le plan politique le combat de l’association contre le projet Hambrégie. Evidemment, la proximité des cantonales (en mars 2011) et d’autres échéances un an plus tard n’est pour rien dans l’affaire…

En marge, les politiques veulent soutenir l’action de l’ADPSE, appelant notamment aux dons pour aider à financer les recours en justice formulés ou à venir : contre l’autorisation d’exploiter, contre le permis de construire, une plainte contre le maire d’Hambach pour faux en écriture… Tous ont souligné «  le travail remarquable réalisé par l‘association » dans l’étude du dossier, rappelant les chiffres (parfois contestables) des rejets de la centrale, la «  mise en garde des médecins », les avis défavorables de huit communes sur onze, du commissaire-enquêteur, de la Région… Et bien sûr «  la mobilisation citoyenne » lors de chaque manifestation. Notons que les communes de Sarralbe et Herbitzheim, ainsi qu’un particulier, ont également déposé des recours contre le projet.

« Affrontement politique »

Ce soutien unanime semble tout de même arriver un peu tard… Tous le répètent à l’envi, il n’est jamais trop tard. A la base, certains ont participé aux manifestations, mais ils ne souhaitaient pas que le mouvement soit considéré comme… «  récupéré politiquement ». Pourtant, lors des Régionales, Hambrégie était bien l’un des thèmes de campagne dans l’arrondissement, porté notamment par deux membres de l’ADPSE présents sur la liste socialiste. Hubert Duchscher explique qu’il s’agissait «  d’un long cheminement », passant par «  l’écoute de tous les arguments » et constatant que ceux des partisans «  se sont affaiblis au fur et à mesure ».

Aujourd’hui, ils sont donc murs pour ce que Daniel Béguin appelle «  l’affrontement politique » sur le dossier. «  Les citoyens se sont exprimés, on ne les a pas écoutés. » Il s’agit maintenant pour les politiques «  de conforter ce mouvement », comme l’a dit Roger Tirlicien, et de «  porter le débat à la Casc ». Une entrevue avec Céleste Lett va également être demandée. Ils espèrent que le député-maire de Sarreguemines, comme Roland Roth, accepterons de faire machine arrière. Difficile à imaginer…

En attendant, «  un élargissement de l’action » est envisagé, avec sans doute d’autres manifestations.

Michel LEVILLAIN. (Républicain Lorrain le 17/11/2010)

 



17/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres